Image 2

Il y a peu, quelqu’un m’a demandé quels étaient mes rêves. Je n’ai pas vraiment su répondre, je crois que les détails de la vie font déjà en grande partie mon bonheur. Mais je me suis dit, en préparant ce billet, que j’en avais réalisé un récemment. Ou plutôt qu’on me l’avait offert : deux nuits et un dîner en Relais & Châteaux. J’ai toujours fantasmé sur ce label, et, dès l’adolescence je crois bien, passé des heures à lire le guide en cherchant quelle perle je m’offrirais peut-être un jour. Je ne rêve pas de grande fortune ni de luxe quotidien, mais j’apprécie vraiment de jouir d’une discipline noble et poussée à son plus haut niveau d’élégance. Nous avons passé ces deux jours à l’Abbaye de Sainte-Croix, à Salon de Provence dans les Alpilles, comme coupés du monde. La vieille bâtisse restaurée a le charme de la pierre et il y règne un calme poétique. La vue, surtout, est épatante, dans son horizon qui touche la mer à des kilomètres. Pour y accéder, on grimpe une colline escarpée, on passe une grille de propriété privée, l’ascension se fait au son chantant des cailloux qui glissent sous les roues, et, au détour d’un virage, alors qu’on fleure le flanc de la butte, elle jaillit, soudaine, majestueuse, époustouflante.

C’était au mois doux, et nous avons pu dîner dehors, dans le plus joli des décors. La vue adorée, la fraîcheur naissante d’un été qui s’assoupit (« Souhaitez-vous que je vous apporte une petite laine si vous avez froid ? » « Merci, non. Ça ira. »), un olivier joliment taillé et la meilleure des compagnies. Le repas fut très juste, à l’exception des desserts sans intérêt aucun. Mais le foie gras fut généreux (trop !) et le plat m’offrit l’opportunité de découvrir la truffe noire que je n’avais jamais réellement dégustée. Quel plaisir, quelle puissance, quelle délicate virilité. Les hommes devraient être ainsi, subtils et prononcés. Longuement présents et vous laissant décontenancée. Merci encore à NC pour cette parenthèse dorée.

 

Pressé de foie gras aux pêches (très bon, très généreux)

Image 1

 

Croustillant de joue et queue de bœuf confit au vin rouge, poitrine de lard séché et truffe d’été, purée de ratte et huile d’olive (Délicieux)

Image 4 

 

Dos de bar et sa langoustine rôtie sur une lasagne à l’encre de seiche, compotée de Green Zebra au carvi et coriandre, nuage de wasabi (Parfait)

 Image 3

 

Le gros œuf à la neige et noix de coco et la fraise en plusieurs états (Aucun intérêt !)

Image 5 

 

Je ne me souviens plus, mais c’était un dessert au chocolat avec un sorbet aux agrumes (RAS)

Image 6 

 

Menu gourmet à partir de 75 euros.

Abbaye de Sainte-Croix

Route du Val-de-Cuech - D16

13300 Salon de Provence

Tél. : 04 90 56 24 55

www.hotels-provence.com